Tags

, , , ,

Le gouvernement de l’impérialisme américain a porté l’ultime coup à l’illusion de la solution foncièrement injuste des deux états.

La campagne pour un seul état démocratique a publié le 29 janvier 2020 le communiqué suivant après l’annonce du nouveau projet du gouvernement impérialiste américain visant à liquider les droits nationaux des Palestiniens, dit « Accord du siècle ».

(You may find the original Arabic text of this declaration here. It was also published in Hebrew and English.)

Le temps est venu

Le mouvement national palestinien n’a pas eu à attendre de connaître les détails du plan colonial que le président de l’empire américain a commencé à promouvoir dès sa prise de fonction, pour comprendre la gravité de ce plan pour la Palestine, pour son peuple et pour toute la région. Ses chapitres les plus dangereux ont déjà été mis en œuvre, notamment le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, des mesures contre les droits des réfugiés palestiniens, et la légitimation des colonies israéliennes sur la terre palestinienne usurpée.

Avec ce plan, le gouvernement de l’impérialisme américain a porté l’ultime coup à l’illusion de la solution des deux états. La direction palestinienne mise en place à Oslo a continué à adhérer à cette illusion à bien des égards contraire aux principes de la lutte de libération nationale, notamment en acceptant d’être le mandataire de l’occupation et de la colonisation sioniste et en abandonnant les réfugiés et les Palestiniens des frontières de 1948. Elle n’a pas préparé les Palestiniens à la lutte du peuple contre l’implantation des colonies qui ont envahi toute la Cisjordanie et Jérusalem, ainsi que les territoires occupés en 1948.

Le plan colonial américano-sioniste est fondé sur l’existence d’un seul état – Israël – s’étendant de la mer au Jourdain, alors que les 13 millions de Palestiniens – les propriétaires de la terre, la moitié d’entre eux ayant été expulsés par le mouvement sioniste – sont voués à l’exil à l’étranger et à l’éternel esclavage dans l’entité coloniale.

Cette réalité n’est pas survenue en un jour, ni n’est que le résultat de la dynamique du projet expansionniste sioniste. Elle a été créée par des décisions antérieures, prises à différents niveaux au fil des années, par tous les dirigeants successifs de l’entité sioniste. L’Etat palestinien, selon la conception de la gauche sioniste en pleine disparition, dans le cadre de la solution des deux états, qui était foncièrement injuste, n’était qu’une forme d’autonomie dans le cadre du contrôle sioniste de la terre sur toute la Palestine. Yitzhak Rabin expliquait ainsi cette conception : « moins qu’un état et plus qu’une autonomie. »

Le nouveau gouvernement américain, dirigé par l’homme d’affaires populiste de droite Donald Trump, a trouvé un moyen de perpétuer la réalité coloniale qu’Israël impose aux Palestiniens, à travers un plan politique fondé sur l’occupation et l’extinction. Ils essaient d’utiliser à leur profit les faiblesses palestiniennes, le morcellement désastreux du peuple palestinien et les divisions entre les directions palestiniennes, la grave crise qui affecte le monde arabe et la coopération ou le silence des autres forces internationales. Ce plan est la poursuite de la politique d’extermination des peuples indigènes menée par les USA et d’autres états coloniaux au cours des trois siècles passés.

Le destin des Palestiniens ne sera pas celui des peuples indigènes des USA ou des autres peuples détruits physiquement et culturellement par les colonialistes occidentaux. Les Palestiniens sont restés sur place et font savoir leur rejet catégorique du plan impérialiste, et à maintes reprises ils ont choisi la voie de la résistance. Les Palestiniens sont partie intégrante de la région arabe, démographiquement et géographiquement, et la lutte pour leurs droits est partagée par les combattants de la liberté partout dans le monde. C’est de cette manière que les Palestiniens décideront de leur propre destin, et non par des forces extérieures. De nombreux peuples dans le monde ont réussi à défaire et à renverser des régimes coloniaux, le dernier en date étant l’Afrique du Sud. Le changement s’opère quand les mouvements de libération adoptent une vision claire de la libération et un message humain et moral. Ils unissent les peuples opprimés, mobilisent partout le soutien de l’opinion publique internationale et des forces progressistes, et attirent de leurs côtés les défenseurs de la liberté de la société coloniale.

Il est temps d’appeler un chat un chat et d’abandonner définitivement les illusions. La réalité en Palestine est celle d’une brutale occupation coloniale. Le régime actuel appartient à une époque noire, oppressive et plus qu’arriérée. La lutte en Palestine n’est pas un conflit de frontières, mais bien une lutte de libération nationale contre une colonisation de peuplement.

Aussi, combattre cette réalité impose d’unifier le peuple palestinien, les militants, les intellectuels, les organisations professionnelles, ouvrières, étudiantes, de la jeunesse et des femmes en un front dont le but est le renversement du régime colonial. Le but est d’établir un seul état démocratique, construit sur les ruines du système de privilèges raciaux, dans lequel chacun vivra en totale égalité, habitants actuels du pays comme ceux qui ont été expulsés de leurs maisons en 1948 et 1967.

Cette proposition offre à la lutte nationale palestinienne une solution fondée sur la liberté et l’humanisme. Elle permet d’unir le peuple palestinien, de construire des alliances avec les luttes populaires démocratiques dans la région arabe, de renforcer les liens avec la société civile dans le monde entier et s’associer à la lutte les Juifs épris de liberté qui combattent le sionisme et le colonialisme.